Recherches à la source : Entretien avec Ana Shalamberidze, boursière Visegrad

La doctorante géorgienne mène des recherches aux AHUE dans le cadre de sa thèse en droit.

28/09/2021 | News

« Nous pouvons parler des critères d’adhésion à l’UE, mais avoir les documents originaux – même des documents auparavant confidentiels – entre vos mains, est tout à fait unique. […] J’ai parfois même du mal à croire que je suis ici. »

La boursière Visegrad Ana Shalamberidze admire l'extraordinaire opportunité offerte par la bourse de recherche Visegrad aux Archives historiques de l'Union européenne (AHUE) pour sa recherche doctorale.

Ana, doctorante en droit à l'Université d'État de Tbilissi en Géorgie, travaille sur une thèse de doctorat qui examine l'efficacité de l'administration judiciaire de la Géorgie (sa stratégie) à la lumière des exigences européennes d'adhésion. En se concentrant particulièrement sur l'état de droit, Ana examine de près les fonds des collections, y compris les collections qui ont trait aux critères d'adhésion à l'UE.

Recherche vs pratique

La recherche doctorale d'Ana s'appuie sur l'expérience pratique qu'elle a acquise dans son travail à la Cour suprême de Géorgie, où elle a été impliquée dans les négociations de l'accord d'association de ce pays avec l'Union européenne (UE).

Elle a été encouragée à entamer un doctorat par le président de la Cour et a depuis bénéficié du plein soutien des présidents de la Cour qui l’ont suivi.

« J'avais accumulé de nombreuses connaissances sur l'administration judiciaire et le développement de stratégies judiciaires, et je voulais les mettre à profit à travers un doctorat », a-t-elle expliqué.

Interrogée sur sa préférence entre la recherche et la pratique, elle note qu'elle est plus intéressée par un mélange des deux. Pour Ana, « la vraie image est ce qui se passe – comment la loi et les règlements fonctionnent dans la pratique ».

La Géorgie et sa volonté d'adhésion

Comme ses recherches portent sur les critères d'une plus grande intégration européenne et ont un rapport direct avec les aspirations de la Géorgie à rejoindre l'UE, cette jeune Géorgienne a également pris le temps de réfléchir à la place de son pays en Europe.

En effet, Ana considère la Géorgie comme ayant une place naturelle dans l'Union européenne.

« Alors que la Géorgie a connu une histoire difficile au cours du siècle dernier, sa constitution de 1921 fut fondée sur la démocratie, les droits de l'homme et la primauté du droit. Ce sont des valeurs communes que nous partageons avec le reste de l'Europe. Il ne s'agit pas simplement du projet économique ».

La bourse Visegrad à Florence

Un mois après le début de son séjour, Ana déclare qu'elle se « sent maintenant chez elle » à Florence à l'IUE.

En plus de son activité de recherche aux archives, elle a pu profiter des ressources de la bibliothèque de l'IUE et est heureuse d'avoir pris contact avec des professeurs et des boursiers de l'IUE connaissant ses domaines de recherche.

« En Géorgie, il n'y a toujours pas de centre de recherche dédié à étudier l'Union européenne. J'espère que d'autres personnes de cette région pourront profiter de cette opportunité. »

Les AHUE attribuent annuellement des bourses de recherche de l’International Visegrad Fund en avril et octobre. Des informations complètes sur cette bourse sont disponibles sur le site Web des AHUE.

Back to top