Home » Research » Archives historiques de l'Union européenne » Nouveautes » Nous devons "ramener les citoyens à bord" : Un entretien avec le professeur Danuta Hübner, MPE

Nous devons "ramener les citoyens à bord" : Un entretien avec le professeur Danuta Hübner, MPE

Posted on 18 December 2017

“J’ai réalisé que ces tonnes de papiers que j’avais accumulé au cours de ma vie pourraient bien tous disparaitre un jour. Quand j’ai eu vent de l’opportunité de donner mes documents aux Archives historiques, cela m’a semblé extrêmement important que ma contribution à l’Europe reste dans l’Histoire“ nous a dit le professeur Danuta Hübner, MPE.

Le professeur Hübner a visité les Archives historiques de l’Union européenne le 17 novembre 2017 pour y signer un contrat de dépôt  permettant le transfert de ses documents, discours et notes liés aux politiques européennes – datant de ses mandats de ministre polonaise aux Affaires européennes, de Commissaire européen au commerce, de Commissaire européen à la politique régionale, de présidente du Comité pour le développement régional (MPE) et de présidente du Comité des Affaires constitutionnelles (MPE) – aux Archives historiques de l’Union européenne.

Le professeur Hübner appelle ce processus “m’archiver moi-même” et le ressent comme un moment émouvant. “Aujourd’hui quand je regarde tous ces documents, cela montre combien d’émotion – quelle part de mon cœur – j’ai mis dans la création de l’intégration européenne après que nous y soyons entrés”, nous dit-elle.

Le professeur Hübner a soutenu l’Union européenne depuis ses débuts, avant même que son pays natal, la Pologne, n’en fasse officiellement partie. Elle a non seulement aidé le gouvernement polonais à préparer son entrée dans l’Union, mais est aussi intervenue lors de la Convention constitutionnelle tenue en 2001 afin de donner sa contribution sur l’avenir de l’UE.

Ainsi, l’évènement le plus important et le plus difficile de sa vie professionnelle fut, d’après elle, le referendum polonais de 2003 pour l’accession à l’UE. “Je me souviens me réveiller le dimanche pour les résultats : plus de 70% étaient favorables. Cela a été probablement la plus grande joie de ma vie, en dehors de ma vie personnelle, de mes enfants et de ma famille” nous explique-t-elle.

Bien que la majorité de la population polonaise ait clairement  soutenue l’UE en 2003, elle croit qu’aujourd’hui certains citoyens ont perdu la foi. Le plus grand défi actuel de l‘Europe est, de son point de vue, de “ramener les citoyens à bord“ et de les impliquer dans le processus décisionnel  de l’UE. “C’est vraiment important car c’est au moment où les gens se sentent impliqués qu’ils développent ce sentiment d’appartenance au projet global. Alors seulement ils s’en soucient, le protègent et veulent plus s’y impliquer“, ajoute-t-elle.

Elle pense aussi que parfois les politiciens alimentent le sentiment anti-UE et trouve cela particulièrement frustrant. La priorité majeure dans son agenda actuellement, en tant que présidente du Comité des Affaires constitutionnelles, est “si je peux parler franchement, tout simplement le future de l’Europe“. De ce fait, le comité travaille sur d’importantes réformes de l’architecture et des fonctions de la zone euro, améliorant la législation sur l’initiative de la citoyenneté européenne et sur le rôle des partis politiques européens. Enfin, ils travaillent également sur des règlements concernant la nouvelle composition du Parlement européen après les élections de 2019.

Les plans du professeur Hübner ne s’arrêtent pas là, elle espère accomplir bien plus. Une de ses ambitions est que la Pologne prenne des mesures pour une intégration plus profonde au sein de l’Union européenne et qu’elle devienne un jour membre de la zone euro. “Je regrette énormément que nous n’y soyons pas encore“ nous dit-elle.

Après avoir visité les Archives historique à la Villa Salviati, le professeur Hübner a ajouté une tâche beaucoup plus modeste à son agenda. “ Je pense que désormais je parlerai plus des archives quand j’aurai des réunions avec des citoyens européens“ nous dit-elle. “Je pense que c’est important car n’importe qui, dans les générations futures, voulant se référer à l’histoire de l’intégration européenne, pourra voir que ce fut un processus difficile, ayant engagé tellement de personnes, tellement de cœurs et tellement d’esprits, et cela aussi ajoute de la valeur à ce que nous possédons aujourd’hui“.